Surconsommation de vêtements: et vous?

A l’ére des H&M et ZARA, le prêt à porter es-il devenu le prêt à jeter?ficheboutique_photo_zara

Selon une étude menée à l’université de Cambridge en 2011, nous jetterions, nous les femmes, en moyenne, 30 kilos de vêtements par an. C’est le mot Moyenne qui est important dans cette phrase car cela induit que certaines d’entre nous en jettent bien plus!

Ces 30 kilos de vêtements reviennent à dire que chaque femme jette autant qu’elle achète.

D’autres chiffres avancent qu’une femme dépense, toujours en moyenne, 150 000 euros dans sa vie pour son look.

Et enfin, chacune d’entre nous aurait environ 22 pièces jamais portées dans son dressing.

Bon, force de reconnaître que ces chiffres sont énormes mais pour ma part, certainement juste sauf pour les fringues jetées: je ne jette pas, je stocke. J’ai beaucoup de mal à me séparer de mes vêtements.

Et vous, vous reconnaissez vous dans ces chiffres? Laissez vos commentaires ici ou sur la page Facebok de Lou-Loue: www.facebook.com/locationlouloue

Advertisements

5 réflexions sur “Surconsommation de vêtements: et vous?

  1. Je fais partie de ceux qui garde tous ce qui fait que mes placards débordent même si je ne suis pas une acheteuse compulsive, quand je sais que je mettrais plus un vêtement je le donne.

  2. pareillement, je ne jette pas, je stock. C’est vraiment si le vêtement est trop petit ou délavé que là je jette. Sinon s’il est toujours portable, je ne vois pas l’intérêt. 🙂

    1. Le fait de jeter et de remplacer, à mon avis, revèle l’envie de changement qu’ont les femmes dûe en partie au fonction de la mode qui propose de nouvelles (et belles) choses sans cesse. C’est comme ça. Acheter des fringues fait parti des petits plaisirs de la vie comme s’acheter une bonne bouteille de vin ou partir en voyage(le shopping remonte le moral des filles, c’est bien connu) mais le remplissage des garde-robes devient du coup un vrai problème et la sur consommation entraine la sur production.
      C’est pour ça que j’ai voulu allier le plaisir du changement à la raison. Plutôt que de changer profondément les comportements, je tente de les contourner et de les rendre acceptable et viable, grâce à la location. Les pays anglo-saxons ont adopté ce modèle bien avant nous.

    1. Je comprends: moi c’est pareil. Je ne jette pas mais j’entasse et je craque régulièrement pour des vêtements que je ne mets pas. Pourquoi? Je ne vois rien qui va avec, je ne craque plus, j’ai acheté d’autres choses, j’ai pris un peu de poids donc ça me serre… bref, pleins de raisons

Les commentaires sont fermés.