Création d’entreprise, quand tu nous tiens

dessin d'une jeune fille qui réfléchit en se tournant une mèche des cheveux dans les doigts

Depuis que l’idée de louer du prêt à porter de marque m’a traversé l’esprit, je ne dors plus, je ne mange plus, je ne sors plus (je fume par contre!) et je bosse, je bosse, je bosse.

D’où mon silence sur le blog d’ailleurs.

J’ai réuni tout mon réseau: informaticiens, pros du net, responsables communication, comptables, et surtout mon réseau de stylistes off course.

J’ai expertisé mon « patrimoine financier »: ca a été rapide, croyez moi. Pris la grave décision d’investir dans ma dernière folie.

Les choses avancent à grand pas: jeudi dernier, c’était shopping à Paris, direction Le Sentier et les collections Automne-Hiver en réassort. Pas simple comme opération mais je reviens avec de la marchandise que vous découvrirez bientôt.

Manteaux, vestes, robes, robes de soirées, jupes, ensembles, sacs et même vêtements de grossesse: vous trouverez tout pour un dressing de rêve.

Et j’ai ajouté pleins d’autres services: à découvrir

Mais avouons que faire du shopping pour son job c’est quand même la classe. Avis à toutes les stylistes, responsables communication de magazines de mode et autres, il y a quand même pire comme quotidien professionnel, non?

Sinon bilan à ce mardi matin après une nuit de plus passée devant mon écran de portable:

Le nom: Ah le nom! J’ai cherché, cherché, cherché et c’est venu dans la nuit de samedi à dimanche. Allez savoir pourquoi! Ce sera Lou-Loue! Le loueur de tendances.

Page facebook =OK. Allez visiter la page et soyez les 1ers fans de la communauté du 1er site de location de prêt à porter sur internet! http://www.facebook.com/#!/locationlouloue

Stock de vêtements = OK

Photos/Shooting= OK (merci Anna et Caroline)

Site= presque OK. Les plateformes web, de nos jours, c’est pas le plus compliqué.

Pressing : (et oui, car je prends en charge le pressing, il faut des vêtements entretenus et lavés par un pro pour la location)= OK. Ce sera 5àsec.

Bon allez, je m’arrête là et vais continuer à régler tous les derniers détails. J’y crois, j’y crois, j’y crois

Advertisements